Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2009 5 08 /05 /mai /2009 14:18

Jean-Jacques Rousseau (1712 -1778)

Jean-Jacques Rousseau est le fils d'Isaac Rousseau (Genève,1672 Nyon, 1747), horloger comme son père et son grand-père, et de Suzanne Bernard (Genève, 1673 – Genève, 1712), qui meurt le 7 juillet, neuf jours après la naissance de Jean-Jacques. Elle-même était fille d'un horloger nommé Jacques Bernard.


En 1730, il voyage à pied jusqu'à Neuchâtel, où il enseigne la musique.

En 1732, il revient à Chambéry, où il travaille aux services administratifs du duché de Savoie, puis comme maître de musique auprès des jeunes filles de la bourgeoisie et de la noblesse chambériennes. Il séjourne près de dix ans dans la capitale de la Savoie.

En 1734, il devient l'intendant de Mme de Warens, qui deviendra plus tard sa maîtresse.

C'est chez elle qu'il écrit, en 1739, son premier livre, le Verger de Madame la baronne de Warens. Il apprécie la ville : « S'il est une petite ville au monde où l'on goûte la douceur de la vie dans un commerce agréable et sûr, c'est Chambéry. »


Gabriel Fauré (1845-1924)

1919, mi-juillet - mi-septembre : premier séjour à Annecy-le-Vieux (Villa Dunand, Les Charmilles).

1920, le 26 avril : promu grand officier de la Légion d'honneur.

1922, Second séjour à Annecy-le-Vieux (août-octobre) durant lequel il écrit l’article "Souvenirs" de l'Ecole Niedermeyer pour la Revue Musicale.

1923, le 31 janvier : est promu Grand-croix de la Légion d'honneur.

du 25 juin au 20 septembre : troisième séjour à Annecy-le-Vieux où il commence son Quatuor à cordes.

1924, du 24 juillet au 17 octobre : quatrième séjour à Annecy-le-Vieux. Achève le 11 septembre le Quatuor à cordes en mi mineur (op.121) qu'il refuse d'écouter à cause de sa surdité. Souffre à nouveau d'une grave broncho-pneumonie.

 

 


Camillo Benso, Comte de Cavour

(1810- 1861)

Ami intime du roi de Sardaigne Victor-Emmanuel II de Savoie (1820-1878), monté sur le trône le 23 mars 1849 à la suite de l'abdication de son père après la défaite de Novare, Camille de Cavour réalisa l'Unité Italienne au profit de son souverain avec l'aide de Napoléon III. Cela conduisit Victor-Emmanuel II à céder à l'empereur des Français, entre autres compensations, le comté de Nice et le duché de Savoie, au printemps 1860.


En 1846, Cavour présente un projet de liaison Gênes-Genève qui passerait par Annecy et le Mont Sion. Par la suite, il comprend l'intérêt d'une liaison France-Turin et le pays de Fillière est concerné par le tracé qui passera par Thorens-Glières et Eteaux. Après 1860, Napoléon III impose un nouveau tracé par Evires dont l'étude est confiée à François Sadi-Carnot qui aboutira à la construction du pont de La Caille.


Cognacq-Jay Marie-Louise (1838-1925)

 

Marie-Louise Jaÿ, née à Samoëns dans la vallée du Giffre (Haute-Savoie) le 1er juillet 1838 et décédée à Paris en 1925, est une femme d'affaires française.

De 1900 à 1925, Ernest Cognacq, fondateur de La Samaritaine, et Marie-Louise Jay, son épouse, achètent des oeuvres et objets d'art du XVIIIe siècle. La collection, d'abord installée dans le 9e arrondissement, est transférée dans l'hôtel Donon en 1990. L'hôtel Donon avait été construit sur un terrain de la culture de Sainte-Catherine-du-Val-des-Ecoliers, inclus dans l'enceinte de Charles V dès le XIVe siècle et loti par les religieux en 1545. Le musée rassemble une prestigieuse collection privée : 1.200 tableaux, meubles et oeuvres d'art du XVIIIe siècle.

Dans l'impossibilité d'avoir des enfants, le couple crée en 1916, une fondation caritative dont les actions se poursuivent quatre-vingt ans après. C'est une œuvre de bienfaisance qui finance de multiples institutions (maternité, maison de retraite, centre d'apprentissage, maison de repos, orphelinat, groupe d'habitations à loyers modérés, musée, etc.). Parmi elles, la maison de convalescence et la maison d'enfants, construites à Monnetier-Mornex.

Le prix Cognacq-Jaÿ a été créé en 1922 grâce à un don de 20 000 francs or donné à l'Institut de France, ce qui permettait de récompenser annuellement 300 familles.

Marie-Louise crée dans sa ville natale la Jaÿsinia, jardin botanique alpin ouvert au public, classé jardin remarquable de France. Il a été inauguré le 3 septembre 1906 sur un terrain montagneux de 3,5 hectares de pentes calcaires et abrite aujourd'hui plus de 5 000 espèces végétales issues des différentes zones montagneuses des cinq continents.

[Pages de la collection d'Agnès PAJANI - textes extraits de Wikipédia]

Partager cet article

Repost 0
Published by CPCF74 - dans Philatélie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Histoire et Patrimoine des Sources du Lac d'Annecy
  • Histoire et Patrimoine des Sources du Lac d'Annecy
  • : Activités d'histoire et patrimoine sur les communes des Sources du Lac d'Annecy, Recherches historiques, défense du Patrimoine, expositions en philatélie, cartophilie, généalogie, photos d'anciens, documents de Savoie, bouteilles sérigraphiées, cartes téléphoniques, capsules de muselets, pin's, disques, livres, etc...Le contenu de ce site est protégé par un droit d'auteur.Cependant il est autorisé de réaliser des copies pour votre usage personnel en y joignant un lien, après autorisation préalable.
  • Contact

Profil

  • CPCGF74
  • Cercle de collectionneurs, cartophiles, philatélistes, généalogistes, historiens et défenseurs du patrimoine intéressés par la Savoie et la Haute-Savoie, et plus particulièrement par le patrimoine du Pays de Faverges - Sources du Lac d'Annecy.
  • Cercle de collectionneurs, cartophiles, philatélistes, généalogistes, historiens et défenseurs du patrimoine intéressés par la Savoie et la Haute-Savoie, et plus particulièrement par le patrimoine du Pays de Faverges - Sources du Lac d'Annecy.

Compteur

un compteur pour votre site

Recherche